Rature

Rature le raton laveur fixait l’horizon azur de l’océan qui rencontre le ciel. Il était sorti. Libre.

ça semblait si irréel qu’il plongea sa patte dans le sable afin de sentir sa chaleur. Il ne voulait plus jamais avoir à être enfermé.

Enfermé de force, comme il l’avait été; sans autre raison que sa différence inaccepté par ses pairs.

-Parce que lorsqu’il rit, il rit trop fort.

-Parce que lorsqu’il pleure, il pleure trop fort aussi. Jamais au bon moment. Comme s’il y avait de “bons” et de “mauvais” moments.

-Parce qu’il ne comprend pas en quoi c’est mal d’avoir autant d’émotions, dans un monde où certains n’ont pas assez et d’autres ont trop.

-Parce que même si il comprenait pourquoi ce qu’il ressent c’est mal, il ne pourrait pas le contrôler.

-Parce qu’il ne le fait pas exprès.

-Parce que quelque chose dans sa construction n’a pas suivi les consignes. -Parce que pour se construire, il faut déjà avoir été accepté.

Et ne pas être accepté mène soit à la destruction, soit à la déconstruction. Et qu’entre ces deux maux, sa décision était prise.

Il ricana. Et dire qu’on pense qu’il n’a aucune imagination.

Texte écrit par “Patient Zéro”

lors d’un atelier Langue de Lutte dont le thème était : monstruosités.

--

--

Les textes de ce blog ont été créés lors d’ateliers d’écriture, en non mixité queer et féministe. Plus d’informations sur : www.facebook.com/languedelutte

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Langue de lutte

Les textes de ce blog ont été créés lors d’ateliers d’écriture, en non mixité queer et féministe. Plus d’informations sur : www.facebook.com/languedelutte