Gaieté incivile

Langue de lutte
2 min readMar 1, 2024

La gaieté incivile c’est danser sans connaître les pas, sans s’en souvenir et sans savoir comment. Sans attendre qu’on te les apprenne. C’est danser les un·e·s avec les autres ou seul·e dans sa salle de bains, c’est danser contre surtout. Contre l’approprié, le poli, le lisse. La gaieté incivile ne dérange que celleux qui ont à perdre à briser les carcans, que celleux qui se
tiennent debout sur les chairs des autres. La gaieté incivile c’est chanter faux dans les rues et péter aux lits de nos amants de droite juste avant de les jeter. La gaieté incivile sort du cadre et des manières, elle dépasse et déborde. La gaieté incivile est la colère neuve de n’avoir pas existé plus tôt. Une ronde, une sarabande, un cercle de champignons qui s’élargit d’année en année. La gaieté incivile te heurte avant de te libérer, te choque avant de t’enflammer. La gaieté incivile n’a que faire de la politesse due aux aînés ; la gaieté incivile ne respecte que celleux qui la respectent en retour. La gaieté incivile est un buisson d’orties, piquante, nourricière et guérisseuse.
La gaieté incivile c’est la vie sans le capitalisme, le manque et la hiérarchie. C’est sourire dans les bus et faire des doigts à ceux qui y croient une invitation. C’est la puissance d’un groupe qui n’arrêtera pas de virevolter, c’est voler dans les hypermarchés et planter du trèfle entre les pavés. La gaieté incivile c’est prendre soin de celleux qui, selon la société, ne l’ont pas
mérité. La gaieté incivile, c’est rire au nez des traumas et casser le nez aux traumaturges.

Derrière les nuages
Parfois derrière les nuages, les cœurs tuméfiés se rassemblent et s’attrapent par la main et se consolent l’un l’autre, des cœurs qui ne s’adresseraient pas un regard en plein soleil. C’est là, dans la bruine et l’ombre, que les bleus se ferment pour un temps. Ici les blessures ne sont
pas des médailles d’honneur, pas des déterminants à nos déterminismes, pas des préfixes à nos vies ; elles sont. Parfois derrière les nuages, les rencontres restent cachées, et ce n’est pas grave. Ce que les nuages protègent n’a pas à fleurir, pas tout de suite. Le silence est brume, et les brumes sont tendres. Derrière les nuages, on ne s’entend plus pleurer. On ira séparément ; on reste ensemble. On croît en attendant.

--

--

Langue de lutte

Les textes de ce blog ont été créés lors d’ateliers d’écriture, en non mixité queer et féministe. Plus d’informations sur : www.facebook.com/languedelutte